top of page
presse-digital.png

Sources et documentation

13214_custom-640x244.jpg

Ma santé 2022

 

Méconnue, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) toucherait pourtant près de 3 millions de personnes en France. Elle est à l’origine d’un nombre élevé d’hospitalisations et de décès.

Sa prise en charge, sur la base des travaux publiés ce jour par la HAS (Haute Autorité de santé), fait partie des parcours de soins identifiés comme prioritaires dans le volet qualité et pertinence de la stratégie gouvernementale Ma santé 2022 sur le site de solidarites-sante.gouv.fr.

Avec pour principal facteur de risque le tabagisme (actif ou passif) et souvent associée à d’autres troubles ou maladies, la BPCO se caractérise par un rétrécissement progressif des bronches et leur obstruction permanente (non complètement réversible), entrainant une gêne respiratoire. Sous diagnostiquée, elle passe souvent inaperçue et se traduit, pour les patients, par des prescriptions inappropriées ou une prise en charge trop tardive.

C’est pourquoi la HAS et la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (Cnam), qui co-pilotent le volet d’amélioration de la qualité et de la pertinence des soins de Ma santé 2022, page accessible sur le site de solidarites-sante.gouv.fr, ont choisi de consacrer à la BPCO la structuration du premier des parcours consacrés à une dizaine de maladies chroniques, assortis d’indicateurs de qualité, avec l’implication de représentants des professionnels de santé et des patients.

Ma santé 2022
les états généraux de la santé respiratoire I association Josiane Salone, tous unis contre

États Généraux de la Santé Respiratoire

 

A l’occasion des États Généraux de la Santé Respiratoire qui se sont tenus le mercredi 8 décembre 2021, sous le haut patronage de Monsieur Emmanuel MACRON, la Société de Pneumologie de Langue Française (SPLF) et 24 organisations de patients, d’usagers et de professionnels de santé impliquées dans la lutte contre les maladies respiratoires, en présence des représentants de la Société européenne de pneumologie (ERS) et de la Coalition internationale respiratoire (IRC), ont présenté leurs propositions en faveur d’une stratégie ambitieuse et collective pour les cinq prochaines années : « Respirer : un droit fondamental ! ».

Cet évènement a été introduit par Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, avec les interventions des élus Thomas Mesnier, Jean-Pierre Door et Bernard Jomier.

En France, les maladies respiratoires restent méconnues : à peine un tiers des personnes ayant ressenti des problèmes respiratoires au cours des 12 derniers mois en ont parlé à un professionnel de santé. Pour autant, plus de 8 Français sur 10 estiment qu’elles doivent être une priorité.

La mesure du souffle (spirométrie) quant à elle demeure encore peu utilisée pour diagnostiquer des maladies respiratoires.

Dans ce contexte, la SPLF et les 24 organisations se sont constituées en collectif pour formuler des propositions afin d’améliorer la qualité de la prise en charge des maladies respiratoires, répondre à l’urgence qu’elles représentent et renforcer leur visibilité. Fruit d’une approche sans précédent, transversale, d'écoute et de co-construction, cette démarche s’est appuyée sur une consultation citoyenne.

Les résultats de cette consultation ont été synthétisées sous formes de propositions réparties autour de 3 axes et présentées en avant-première le 8 décembre.

Les États Généraux de la Santé Respiratoire
Conférence des État Généraux de la Santé Respiratoire
Organismes de santé publique
bottom of page