Représentation du tabac dans les œuvres artistiques : que dit la loi Évin ?

Le Ministère de la Santé envisage de nouvelles mesures pour lutter contre le tabagisme, en supprimant la représentation de la cigarette dans l'industrie cinématographique française.

 

« Il faut aller au-delà du porte-monnaie (…) en s'intéressant notamment aux incitations culturelles à fumer», a déclaré la sénatrice PS de la Sarthe Nadine Grelet-Certenais. « Je pense par exemple au cinéma qui valorise la pratique. La Ligue contre le cancer démontre dans une étude récente que 70 % des nouveaux films français mettent à l'image au moins une fois une personne en train de fumer. Ça participe peu ou prou à banaliser l'usage, si ce n'est à le promouvoir, auprès des enfants et des adolescents, qui sont les premiers consommateurs de séries et de films, sur internet notamment », ajoute-t-elle, accusant le cinéma de faire de « la publicité détournée pour la consommation de tabac ».

 

En face, la ministre de la Santé d’alors, Agnès Buzyn, a approuvé le discours de sa consœur et annoncé qu'elle prendrait des mesures dans le cadre du second plan national de réduction du tabagisme. « Je ne comprends pas l'importance de la cigarette dans le cinéma français », a-t-elle commenté, précisant qu'il était important de « dénormaliser l'image du tabac dans la société ». Agnès Buzyn a dit en avoir parlé en conseil des ministres à Françoise Nyssen, ministre de la Culture. « Je veux qu'on ait une action ferme là-dessus », a-t-elle affirmé.

 

Que dit précisément la législation anti-tabac en France?

En plus de 50 ans, l'État a pris de nombreuses mesures pour lutter contre le tabagisme. Le premier texte est mis en place par Simone Veil, à l'époque ministre de la Santé en 1976. Nommé communément « loi Veil », le texte interdit la publicité pour le tabac à la télévision et à la radio.

 

Le 10 janvier 1991, la « loi Évin » entre en vigueur afin de proscrire toute forme de publicité pour le tabac dans les lieux publics. Rédigée par l'ancien ministre des Affaires Sociales et de la Solidarité, Claude Évin, elle stipule que « toute propagande ou publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac ou des produits dérivés est interdite y compris durant les événements sportifs en France ».

 

La loi Évin s'applique aux retransmissions télévisées d'événements à l'étranger et oblige par conséquent les chaînes à prendre toutes les mesures afin de cacher ces publicités.

Après la polémique sur la suppression de la pipe de Jacques Tati sur une publicité affichée dans le métro, une circulaire sur l'image des fumeurs dans les œuvres culturelles est publiée le 28 mars 2012 : elle rappelle que la loi Évin et sa jurisprudence n'interdisent en aucun cas la représentation de « personnages, historiques ou non, fumant surtout quand cela correspond à un trait de sa personnalité, dès lors que le but ou l'effet de cette communication n'est pas de nature publicitaire ».

 

Quelles conséquences pour le milieu du cinéma français ?

L'interdiction du tabac dans les films, préconisée par la ministre de la Santé, pourrait provoquer une véritable révolution dans l'industrie cinématographique française. Car depuis les débuts du septième art, la cigarette est un accessoire indissociable du cinéma.

 

Nombreux sont les personnages à l'utiliser comme un élément clé de leur personnalité. On peut citer pêle-mêle les rôles d'Audrey Tautou dans Coco Chanel, de Sylvie Testud dans Sagan ou encore Gaspard Ulliel dans Saint Laurent.

 

D'ailleurs, selon une étude réalisée par Ipsos et la Ligue contre le cancer, 80 % des films analysés entre 2005 et 2010 comportaient au moins une séquence de tabagisme. Dans 30 films, ces scènes représentaient même 99 minutes, soit plus d'une heure et demie.

 

Sur les réseaux sociaux et dans les médias, plusieurs personnalités politiques et culturelles s'insurgent contre cette mesure « scandaleuse », qu'ils jugent « comme une censure de la liberté d'expression et de la création artistique ».

 

« C’est ridicule. Le cinéma n'a jamais eu pour mission d'être exemplaire. Tant que la cigarette ne sera pas interdite partout, ce sera logique de voir des gens fumer dans les films. Le cinéma n'a pas à être plus moraliste que la vie, c'est un débat plutôt hypocrite. Le cas échéant, les politiques devraient avoir le courage de rendre la cigarette définitivement illégale, malgré l'enjeu économique immense que cela représenterait », a déclaré dans les colonnes du Journal de Genève le réalisateur Lionel Baier.

D'autres, comme le sénateur David Assouline, dénoncent un projet de loi « ridicule », estimant qu'il faudrait pour suivre cette même logique interdire la représentation à l'écran des autres drogues et de l'alcool.

 

Qu'en sera-t-il pour la musique, domaine où la cigarette a souvent été l'accessoire idéal du rockeur ou du couple amoureux ? Est-ce que l'on écrira encore des chansons sur elle ? Ou est-ce que, considérée comme une apologie du tabac, on la remplacera par une cigarette électronique...ou un patch à la nicotine…

Ce site d’information n’est pas un dispositif médical, il ne délivre pas d’avis médical.