Comprendre la BPCO :

Le diagnostic de la BPCO

Plusieurs examens permettent de poser le diagnostic de la BPCO :

Le test diagnostique par le médecin :

​Le médecin interroge le patient, l'examine et lui fait passer un ou plusieurs tests diagnostiques.

​Le médecin évalue la gravité de la BPCO en interrogeant son patient sur les conditions de survenue de son essoufflement :

- Stade 0 : essoufflement pour des efforts soutenus (2 étages)

- Stade 1 : essoufflement lors de la marche rapide ou en pente

- Stade 2 : essoufflement à la marche sur terrain plat ou en suivant quelqu’un de son âge

- Stade 3 : essoufflement obligeant à s’arrêter pour reprendre son souffle après quelques minutes ou une      

  centaine de mètres sur terrain plat

- Stade 4 : essoufflement au moindre effort

 

La spirométrie :

La spirométrie est un test diagnostique courant. Le patient doit souffler le plus fort et le plus longtemps possible dans un tube relié à un appareil. Cet appareil mesure combien de temps met le patient pour expirer tout l’air de ses poumons.

Plus les voies aériennes sont étroites, plus il faut du temps pour expirer l’air et plus le volume d’air expiré par seconde est faible.

 

Ce test de la BPCO est la méthode la plus fiable pour détecter la maladie.

La spirométrie permet de classer les BPCO selon leur sévérité en 4 stades en fonction du résultat :

- Stade I : léger VEMS supérieur ou égale à 80 %

- Stade II : modéré VEMS comprise entre 50 et 80 %

- Stade III : sévère VEMS comprise entre 30 et 50 %

- Stade IV : très sévère VEMS inférieur à 30 %

La spirométrie est complétée par d’autres examens complémentaires :

 

La radiographie pulmonaire

 Recherche de lésions.

​Les examens sanguins

 Ils permettent, à partir d'un prélèvement de sang dans une artère, de mesurer le taux sanguin d'oxygène et de dioxyde de carbone.