20%_edited.jpg

BPCO, il n'y a pas que le tabac :

Pesticides et BPCO

 
Pesticides et BPCO _ Association Josiane Salone, tous unis contre la BPCO.jpg

 

Dans une mise à jour des connaissances sur les effets sur la santé des pesticides, l'Inserm a annoncé avoir conclu à une "présomption forte" de lien entre l'exposition professionnelle à ces produits et deux pathologies graves supplémentaires chez les agriculteurs : les troubles cognitifs et une maladie respiratoire évolutive, la BPCO.

 

"L'objectif est d'aider les décideurs" politiques, a expliqué l'un des responsables de l'Inserm, Laurent Fleury, lors d'une visioconférence.

 

La liste des griefs à l'encontre des pesticides s'allonge. Un groupe de chercheurs pluridisciplinaires de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) annonce avoir conclu à une "présomption forte" de lien entre l'exposition professionnelle à ces produits et deux pathologies graves supplémentaires chez les agriculteurs : les troubles cognitifs et une maladie respiratoire évolutive, la BPCO.

 

En 2013, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) avait déjà conclu à une "présomption forte" de lien entre l'exposition professionnelle à certains pesticides et trois types de cancers (cancer de la prostate, lymphomes non hodgkiniens, myélomes multiples), ainsi que la maladie de Parkinson.

 

À la demande de cinq directions générales ministérielles, le groupe de chercheurs a réalisé une réactualisation des connaissances, grâce à l'analyse de plus de 5300 documents. Pour chaque thématique, les experts ont étudié les nouvelles données épidémiologiques disponibles afin d’évaluer s’il y avait une présomption de lien entre l’exposition de différentes populations aux pesticides et la survenue d’une pathologie.

Confirmant la "présomption forte" de lien établi avec les trois types de cancers et la maladie de Parkinson mise en évidence en 2013, l'Inserm donc d'autre part mis en évidence une "présomption forte" entre l'apparition de troubles cognitifs (altération des fonctions cérébrales telles que la mémoire ou le raisonnement, pouvant évoluer vers la démence) chez les agriculteurs et l'utilisation de pesticides, principalement des organophosphorés. "Les études les plus récentes se sont élargies aux riverains de zones agricoles ou à la population générale et ont permis de conclure à une présomption moyenne" pour ces populations, ajoutent par ailleurs les expertsdans un communiqué.

 

Un lien qui pourrait être tout aussi important a été fait avec la bronchopneumopathie chronique obstructive/bronchite chronique (BCPO). Sur 17 pesticides analysés, 11 sont associés à au moins deux effets toxicologiques parmi les trois étudiés (le stress oxydant, la mitotoxicité, c'est-à-dire la toxicité pour les mitochondries, les structures qui permettent la respiration des cellules, et l'action sur le système immunitaire).

"La confirmation et la mise en évidence de présomptions fortes de liens entre certaines pathologies et l’exposition aux pesticides doit inciter à une meilleure prise en compte de ces enjeux par les autorités", concluent les auteurs de cette synthèse.

BPCO et polluants industriels

 

BPCO d'origine professionnelle

 
BPCO d'origine professionelle.jpg