Comprendre la BPCO :

BPCO et surpoids, un facteur aggravant

La BPCO est associée traditionnellement à un déficit pondéral, voire une cachexie, surtout en cas d’emphysème. Il est vrai que l’indice de masse corporelle (IMC) est un facteur pronostique indépendant dans la BPCO, raison pour laquelle il a été proposé comme un des paramètres définissant la sévérité de l’atteinte de cette maladie, sa diminution étant liée à une mortalité accrue.

Cependant, un grand nombre de patients BPCO présente au contraire une obésité, souvent lorsque le tableau clinique est marqué par une bronchite chronique. Cette observation est liée à une certaine sédentarité, elle-même favorisée par les symptômes respiratoires et en particulier la dyspnée à l’effort.

Une surcharge pondérale liée à la BPCO peut entraîner d’autres problèmes de mécanique respiratoire. L’obésité abdominale comprimant le diaphragme empêche une pleine respiration et conduit à une diminution de la capacité pulmonaire.

 

Enfin l’association d’un syndrome d’apnées du sommeil est également fréquente dans cette population et nécessite un diagnostic et une prise en charge spécifique. L’apnée obstructive du sommeil est la forme la plus courante. Elle apparaît lorsque les voies respiratoires supérieures (langue, nez, pharynx, larynx) empêchent le passage de l’air.

Il est impératif de consulter un diététicien-nutritionniste lorsque l’on est atteint de maladies respiratoires.